Contexte et philosophie

Approche dans la prise en charge des douleurs chroniques

De récentes études démontrent qu’environ 7% de la population de l’ouest et du nord de l’Europe souffrent de douleurs chroniques susceptibles d’amener à une consultation auprès d’un médecin spécialisé en médecine de la douleur. A l’échelle de la Suisse, cela signifie que près de 560'000 patients sont concernés. Or, un médecin spécialisé en médecine de la douleur n’a la possibilité de prendre en charge qu’environ 300 nouveaux patients par an. C’est pourquoi, une majorité des patients est obligatoirement prise en charge par des médecins sans formation spécifique.

Le vrai problème est que des traitements sont introduits plutôt en fonction de la spécialité du médecin/thérapeute, qu’en fonction de la pathologie provoquant les douleurs, généralement inconnue. Si le patient consulte plusieurs médecins, différentes thérapies lui seront proposées pour une seule et même pathologie à l’origine de ses douleurs. Dans la plupart des cas, ces tentatives thérapeutiques ne vont pas amener d’amélioration. Nos statistiques, collectées pendant plusieurs décennies, démontrent qu’environ seuls 20% des patients envoyés à notre Centre arrivent avec un diagnostic correct lors de leur 1ère consultation. Ce chiffre ne s’est pas amélioré avec le temps.

Une croyance généralisée dans la population et parmi des médecins rapporte qu’une imagerie comme l’IRM est capable de déceler la source des douleurs. Cette croyance est la plupart du temps incorrecte. La précision diagnostique combinant  l’histoire du patient, l’examen clinique et l’IRM varie entre 5% et 75% selon la pathologie responsable des douleurs. Ceci explique la proportion importante de patients recevant une thérapie inadéquate.

Les statistiques de notre Centre démontrent que près de 80% des patients consultent pour des douleurs provenant de la colonne vertébrale incluant douleurs après chirurgie spinale, 15% souffrent de douleurs provenant des systèmes nerveux central et périphérique, et 5% souffrent de maux ayant d’autres origines. Notre priorité est d’établir l’origine anatomique de la douleur, sa trajectoire et son mécanisme. Une définition exacte de l’origine de la douleur est possible chez 75 à 80% des patients en utilisant des injections d’anesthésique local dirigées sous radioscopie pour assurer une précision maximale de l’acte. Pour les 20 à 25% des patients restants, le mécanisme de la douleur peut généralement être identifié par des tests pharmacologiques.

La majorité des douleurs provenant du système nerveux périphérique provient d’une hernie discale ou des complications d’un acte chirurgical. Parfois, ces douleurs sont la conséquence du traumatisme direct d’un nerf. Toute nouvelle douleur qui apparaît après une intervention chirurgicale et qui ne disparaît pas spontanément dans les 6 à 8 semaines qui suivent, devrait être suspectée comme neuropathique (lésion directe d’un nerf ou enclavement dans la cicatrice).

Notre Centre a toujours collaboré avec des spécialistes locaux et internationaux. Des chirurgiens rachidiens, neurochirurgiens, réhabilitateurs, micro-chirurgiens, neurologues, et oncologues sont ceux qui participent le plus fréquemment à nos colloques mensuels pour discuter des patients avec des pathologies complexes. Pour les patients présentant des pathologies rares, des contacts et discussions peuvent être établis avec nos partenaires internationaux.

Retrouvez ci-dessous les pathologies les plus fréquemment rencontrées dans notre Centre et, sur les pages correspondantes, le résultat de la thérapie instaurée une fois qu’un diagnostic précis a été établi :

douleurs de la colonne ou après une chirurgie spinale non réussie

douleurs provenant du système nerveux

Pour plus de renseignements, ou pour prendre un rendez-vous, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par e-mail. N’oubliez pas d’informer votre médecin traitant, et munissez vous de tous les documents médicaux et radiologiques qui concernent vos douleurs lors de votre 1ère consultation.